Comment parler de son handicap à un employeur ?

Ce site utilise des cookies. Les cookies améliorent l'expérience utilisateur et aident à rendre ce site plus performant. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez notre politique de confidentialité.

Nos articles

Comment parler de son handicap à un employeur ?

parler handicap employeur

Rédactrice : Crommelynck Delphine (psychologue) - Adaptation : Majaron Luc, Faufra Jonathan - Infographie : Majaron Luc. - Nourriture vecteur créé par pch.vector - fr.freepik.com

 

 

Le handicap : on en parle comment ? ...

 

Comme nous l'avons vu dans les articles précédents, vous pouvez aborder les aspects de votre handicap dans votre lettre de motivation et lors de votre entretien d'embauche.

Pour savoir comment en parler, vous devez gardez à l'esprit deux points très importants :

1) Dans quelle "proportion” il est raisonnable de parler de votre handicap

2) De quelle manière il est préférable d'en parler

Développons ensemble ces deux critères ...

 

1) Dans quelle "proportion” est-il raisonnable de parler de mon handicap ?

 handicap burger

 

La technique préconisée pour une lettre de motivation ou pour un entretien d’embauche est celle du hamburger”.

Lorsqu'on l'évoque, cette image du “hamburger” fait souvent sourire les personnes, mais elle a aussi l'avantage de marquer les esprits !

 

 

Votre lettre concoctée, tel “un hamburger” !

 

  • Imaginez à présent que le pain représente tout le contenu positif : “compétences, qualités, ...”
  • La viande représente alors le handicap.

La stratégie consiste à :

  1. parler de soi positivement “pain”,
  2. puis d'aborder vos difficultés “viande”
  3. pour ensuite terminer par d'autres points positif “pain” qui rassureront l’employeur, ex.: votre motivation, etc.

À cela s’ajoutent d'autres ingrédients, comme la salade, le fromage, les tomates, qui pourraient représenter des formations complémentaires, des expériences, une connaissance dans l’entreprise, des valeurs partagées, des aides à l’emploi, etc.
Ces qualités supplémentaires et successives, rendent le “burger” encore plus appétissant et personnalisé.

Le tout étant de doser les ingrédients pour que l'équilibre soit “de bon goût” !

Par exemple :

Parler de votre handicap la moitié de la lettre, serait de trop !
De la même façon, mettre une quantité de viande équivalente à la quantité de pain serait mal équilibré au niveau du goût ! 

Un autre exemple :

Écrire un paragraphe de 10 lignes à propos d’une personne au sein de l’entreprise qui vous a “pistonnée”, serait aussi de trop !
De la même façon, mettre 10 rondelles de tomates dans un hamburger ne serait pas plus judicieux !

 

Qu'il s'agisse de votre lettre de motivation ou d'un entretien d'embauche, lorsque vous appliquez la technique du “hamburger”, celle-ci laissera apparaitre une multitude d' aspects positifs pour finalement dévoiler peu de contrainte.

 


 

2) De quelle manière faut-il que je parle de mon handicap ?

Non seulement vous devez en parler “peu”, mais vous devez aussi en parler “bien”.
Pensez à la manière de tourner les choses !

Comme nous l'avons vu précédemment, parler de votre handicap ne doit pas être le contenu principal de votre entretien ! Il faut le “glisser” au bon moment dans la conversation, sans pour autant, démarrer l’entrevue avec cet aspect ! Vous devez démontrer à l’employeur que vous êtes fait pour ce job et cela pour diverses raisons :

  1. parce que vous aimez ce métier,
  2. parce que vous avez testé le métier,
  3. parce que vous avez des compétences pour le métier visé (vous savez faire) … et parce qu’en plus, ...
  4. vous avez des qualités essentielles pour être un bon travailleur (ponctuel, authentique, serviable, sociable, poli, consciencieux, rigoureux, capable de travailler en équipe ou seul, capable de vous adapter, …) Vous l'avez compris, vous devez ...

 

 

... parlez de ce qui fait de vous quelqu’un d’unique !

 

Cette vision positive abordée en entretien peut aussi être utilisée pour expliquer votre situation de handicap en privilégiant les aspects d'aménagements plutôt que les aspects symptômes/diagnostic.
Sélectionnez d'avance des mots rassurants, des solutions, des expériences réussies dans vos précédents emplois pour mettre en confiance votre futur employeur !

 

COCHE VMon handicap : j'en parle de façon positive ...

 

Voici quelques exemples :

Une personne atteinte de troubles psychiques (schizophrénie, psychose, dépression,…) pourrait tout à fait dire :

“... j’ai quelques soucis de distraction et de concentration d’où ma reconnaissance à l’AVIQ, (Agence pour une vie de qualité), mais à part prendre 15 minutes de pauses toutes les 2 heures ou varier mes tâches de temps à autre, je suis tout à faire capable d’assumer mon travail ! ”

ou encore ...

“... avec ces soucis de concentration, je privilégie un temps partiel, ce qui me permet de me reposer lorsque je ne travaille pas et d’être performant durant mes heures de boulot.”

 

Une personne ayant fait l’enseignement spécialisé pourrait tout à fait dire :

“... il faut parfois me répéter les consignes, m’en donner une à la fois pour être sûr que mon travail soit fait parfaitement, mais une fois que j’ai bien compris ce qu’on me demande, pas de soucis ! ”

 

Une personne qui souffre de troubles sensoriels (malentendants, malvoyant) peut venir avec des propositions concrètes en disant :

“… j’ai quelques soucis de vue, mais j’ai un logiciel agrandisseur qui me permet de travailler sur ordinateur comme n’importe quel travailleur ! ”

ou encore...

“… si c’est possible de favoriser la communication écrite, par mail par exemple, c’est plus facile pour moi car j’ai une légère perte d’audition. En groupe, lorsque tout le monde parle en même temps, c’est plus compliqué. Je suis donc moins interactif en réunion, mais je peux tout à faire lire le PV et comprendre ce qui a été dit ”

 

Pour les personnes souffrant de maux physiques (fibromyalgie, sclérose en plaque,…), vous pouvez tout à fait présenter la chose comme ceci :

“…  j’ai quelques problèmes musculaires et de fatigue, donc j’ai besoin de bouger un peu, mais je dois simplement aller marcher deux minutes dans le couloir, ou varier les tâches. À part cela, le métier est tout à fait adapté à ma santé puisque je n’ai pas à porter des charges lourdes.”

 

Toutes ces tournures de phrases montrent que vous avez une bonne connaissance de vous, de ce qui vous convient sans mettre en péril la qualité du travail.

 

 

 

Cerise sur le “burger”


Vous voici déja arrivé à la fin de l'entretien. Vous vous dites que ce job est vraiment celui qu'il vous faut. Vous décidez de “marquer le coup ” :

  • Proposez-lui de vous former dans un contrat d’adaptation professionnelle (CAP) durant 6 mois à moindre coût,
  • ou de vous tester via un stage d’une semaine gratuitement.

Ces propositions faites à votre futur employeur sont autant de gages de votre motivation personnelle. Elles ne peuvent que le séduire !

 


En conclusion ...

Entreprendre un projet professionnel serait donc une démarche mûrement réfléchie et compatible de prime abord avec votre problème de santé !
Si jusqu'ici vous avez réussi à surmonter toutes ces épreuves, n'est-ce pas grâce à une bonne connaissance de vous-même ?
Pour avoir souvent testé vos limites, pour vous être peut-être même parfois “cassé la figure”, mais aujourd'hui vous savez ce qui est bon pour vous !